explorateurs2limaginaire.wifeo.com
 



 
 


 
 
 

Ecrire un journal d'aventurier explorateur ou un carnet de voyage





 

Contexte

 Travail mené en collaboration avec un professeur d'Arts Plastiques, avec deux classes de sixième. Il s'agissait de découvrir les récits d'aventure dans le fonds du CDI et de faire le lien avec les héros et les mythes qui perdurent dans les romans comme au cinéma ; par exemple, lier Alan Quatermain et Indiana Jones, travailler sur les mythes de l'Atlantide ou de Mu et sur les sources historiques.

Deux livres ont été écrits, l'un sous la forme d'un journal d'explorateur du XIXè siècle, disparus et pour lequel nous avons débuté par une relation des faits dans un faux article de presse ; l'autre sous la forme plus poétique d'accrostiches gravés sur des ailes de papillons découverts par un entomologiste.

Le premier journal a gagné un prix du carnet de voyage organisé par le CRDP de Clermont-Ferrand.
Le second a gagné un prix au concours d'écriture et d'illustration du CRDP de Toulouse.


Pour les lire, cliquez sur les images :                                                                                 Le journal de Lord Proteus McQueen
                                                                                                                                                        au Pays des Ingoulous

L'effet Papillon


 

Déroulement

 Au CDI, en demi-groupes, les élèves ont effectué des recherches documentaires sur les mythes et héros donnés, tant sur les livres que sur internet. Ils ont trouvé dans le logiciel documentaire et sur les étagères les romans et bandes dessinées exploitant ces thèmes. Ils ont rempli, par groupe, une fiche de présentation de leur sujet et cité leurs sources. Puis ils ont présenté le thème à l'oral à la classe.

Dans un deuxième temps, j'ai fourni une trame légère, plutôt des pistes en réalité, pour rédiger un journal d'explorateur parti à la recherche de civilisations perdues. Ensemble, nous avon élaboré le récit initial et final et partagé chaque étape pour chaque groupe.
les groupes ont ainsi rédigé une page du journal et l'ont présentée à la classe, amendé selon les circonstances pour donner plus de cohésion à l'ensemble.

Les récits ont été tapés et mis en page par les élèves.

En Arts Plastiques, les élèves ont réalisé les illustrations directement inspirées de leur page.
Pour la première classe, les illustrations ont été faite aux pastels gras.
pour la seconde, il s'agissait de collages en relief. Les images ont été photographiées pour pouvoir être intégrées au livre final.

Les livres ont été publiés sur le site du collège. Un exemplaire papier a été intégré au fonds du CDI.

Evaluation


Les élèves ont été évalués en Arts plastiques.



 

Scénario 1 : Le journal de Lord Proteus McQueen au Pays des Ingoulous

Notes de l’éditeur

Cet ouvrage est un fac-similé du journal de John Proteus MacQueen.

Nous sommes sans nouvelles de l’explorateur depuis 35 ans. On se souvient de son départ de Glasgow, en 1849, dans un aéronef de sa fabrication, largement inspiré des plans inachevés du grand Léonard de Vinci. Cet engin pouvait aller aussi bien dans l’air que sous l’eau ou sur la terre. Financé par un héritage personnel fabuleux, celui du clan MacQueen, l’explorateur fit halte au Caire, puis rencontra le Docteur Livingstone en Nubie à l’automne 1850. Depuis, personne n’a revu John Proteus MacQueen.

L’éditeur porte à la connaissance de tous le contenu du journal de bord de l’expédition MacQueen. Il nie toute responsabilité quant aux théories qu’y expose son auteur.




 

Scénario 2 : L'Effet papillon, journal d'un entomologiste

Notes de l’éditeur :

Ceci est un fac-similé du carnet du célèbre entomologiste néo-zélandais Angus Butterfly Longwalk, dont les convictions provoquèrent son renvoi de la Société Royale d’Entomologie en 1891. D’aucun pensèrent à une mystification, d’autres restèrent persuadés de sa folie. L’éditeur garantit l’authenticité de l’original, mais en aucun cas il n’adhère aux thèses du professeur Longwalk. Par souci d’honnêteté, signalons quand même qu’à ce jour, personne n’a découvert par quel procédé ces textes ont été imprimés sur les ailes des papillons.

Nous publions ici un extrait du récit que fit A.B. Longwalk de sa découverte lors de sa conférence du 18 juillet, quelques temps avant sa disparition en Océanie.

« C’est en Amazonie que je fis ma première capture. Là, au pied des montagnes qui avaient abrité tant de civilisations merveilleuses, un spécimen totalement inconnu se prit dans mon filet. A mon retour à Londres, alors que je scrutais à la loupe ce représentant d’une espèce jamais observée, je découvris de minuscules caractères comme gravés sur les délicates membranes. Il me fallut une semaine pour déchiffrer le message, et il ne fait aucun doute que ce dernier évoque le fabuleux royaume de Mû ! On m’accuse de falsification ! Que mes détracteurs le prouvent ! »

« L’Atlantide, Mû, la Lémurie, Ultima Thulé ! Ces mondes ont existé ! J’en ai la certitude ! Comment expliquer sinon ces étonnants témoignages ? »

« Je n’ai aucune théorie en ce qui concerne la façon dont mes papillons ont transporté ces messages. Mais je sais qu’ils nous sont adressés. A chacun d’en trouver la raison !  Mais y aurait-il tant d’auteurs pour décrire ces mondes s’il n’y avait un fond de vérité, une mémoire collective transmise de génération en génération ? Les mythes seraient-ils si forts sans cela ?»








Licence Creative Commons
Explorateurs de l'Imaginaire de Ophélie Calmont est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à http://explorateurs2limaginaire.wifeo.com/.

 




Créé avec Créer un site
Créer un site